octobre 2010


A Götenburg, se tient en ce moment la onzième conférence de l’Association of Internet Researchers (21 au 23 oct. 2010). Il y a à peu près 250 participants, dont 102 PhD, venant pour la plupart d’Europe et des Etats-Unis. Il y a également un chercheur sud-américain, et quelques chercheurs australiens -dont Axel Bruns ; et puis, (comme d’habitude dans les conférences de ce type) aucun chercheur africain. Le prix « registration fee » n’est pas excessif (min. 350USD), mais vraisemblablement assez élevé pour les dissuader de faire le déplacement.

La conférence de cette année porte sur le thème « sustainability and participation » : j’y présente le papier que j’avais déjà exposé à la conférence de Braga, en juillet 2010 (sur la couverture de la conférence de Copenhague par les médias traditionnels et participatifs, en France). Et, également un papier sur l’usage du blogging dans le parcours professionnel de journalistes politiques (motivations, usages). L’article sera mis en ligne d’ici quelques jours…

http://ir11.aoir.org/

Publicités

Cet article se base sur les chiffres CIM de 2009. Merci à « obligatoire » de m’avoir signalé que les choses ont considérablement changé depuis…

_______

Autrefois, pour mesurer le pouvoir d’influence d’un média écrit, on se contentait généralement de se reporter à ses chiffres de vente. Depuis dix ans, ce critère ne suffit plus : concurrencés par l’information gratuite, les journaux payants se voient forcés de “générer du clic”, de capter l’attention de l’internaute. Et l’enjeu est de taille : il s’agit de préserver l’image de la marque auprès d’un public sollicité par un nombre de plus en plus important de “plateformes” en ligne.

En Belgique, les chiffres de fréquentation des sites des journaux dépassent aujourd’hui assez nettement les chiffres de diffusion payante : en 2009, http://www.lesoir.be comptait par exemple plus de 100 000 visiteurs uniques (pour une diffusion payante d’environ 90 000 exemplaires). Les grands quotidiens en ligne ont toutefois quitté le peloton de tête des sites les plus visités.  Selon CIM (2009) Windows Live Belgium et MSN Belgium sont les sites d’actualité les plus visités de Belgique, avec (respectivement) 1,6 million et 609 000 visiteurs uniques, ce qui est nettement supérieur aux chiffres des quotidiens les plus populaires du pays.

Mais la place de Microsoft est moins dominante qu’il y paraît, si l’on prend comme indicateur le nombre de pages vues (2,5 et 2,3 millions) au lieu du nombre de visiteurs uniques : ce qui les place alors loin derrière Het Laatste Nieuws (4,4 millions de pages vues). Le site du quotidien flamand – qui intègre le pure player francophone 7 sur 7 – attire quotidiennement sur ses pages web 427 000 visiteurs uniques, il est suivi par le portail de Skynet (339 000 visiteurs uniques), et les principaux quotidiens du groupe de presse Corelio/VUM : c’est-à-dire le couple Het Nieuwsblad/Het Volk et de Standaard. De Morgen compte enfin 71 000 visiteurs… deux fois moins que le portail web Zita.

Les quotidiens francophones les plus visités sur Internet sont Le Soir et La Dernière Heure, qui attirent respectivement plus de cent mille visiteurs uniques par jour. La Libre Belgique en compte quant à elle 61 000, ce qui est plus que RTBF Info, et moins qu’RTL Info. Dans la presse internationale francophone enfin c’est indiscutablement Le Figaro et Le Monde qui attirent le plus grand nombre d’internautes . Mais, à nouveau, ces chiffres sont largement inférieurs à ceux des portails de Yahoo et de Microsoft.  Le marché mondial est dominé par Google – qui agrège mais ne produit pas de contenus – puis Yahoo, Windows Live et MSN qui produisent et sous-traitent, Facebook, YouTube, Wikipedia et MySpace (qui dépassent tous les cinquante millions de visiteurs uniques).

_______

Source : http://www.cim.be/