novembre 2009


summary

___

Jane B. SINGER (2007), “Professional and popular claims to journalistic norms” in Journalism Studies, 8:1, 79-95

Professional journalists defend a claim, that is central not only to journalism but to all professions : the claim for “autonomy over articulation and enactment of its own norms” (p. 79). There are two central norms in the ideology of professional journalism : (1) commitment to truth, and (2) to transparency (or public accountability). Since all journalists have been constrained to evolve in a networked environnement, they have been driven to accept the fact that the definition of these norms can now be changed… These norms are open to reinterpretation because of the competition introduced – into the information sector – by the means of millions of uncensored, unmediated, uncontroled voices that “have now discovered and begun to exercise the ability to express themselves online” (p. 79). To put it briefly : the Internet starts to introduce open an participatory patterns inside the profession, and provokes a blurring of the once-clear distinctions between “professional” and “amateur” journalists, “senders” and “receivers”, or “producers” and “consumers” (i.e. “produsage” BRUNS). What is it that replaces these traditional dichotomies? Well : “ a vast, fluid, ongoing and multi-voiced discourse” (cf. BURNETT & MARSHALL, 2003).

In 2006, in the United States, one third of the internet users, pretended using blogs among their sources for news (LENHART & FOX, 2006). In this context, some “A-list” bloggers, interested in matters of public interest, rapidly transformed into genuine opinion leaders (TRAMMEL & KESCHELACHVILI, 2005). And some of them became key resources, not only for citizens, but for the journalists themselves… They are now percieved – not necessarily as a more trustworthy, accurate or credible source of information, but instead – as “opinionated, analytical, independent and personal” sources (JOHNSON & KAYE, 2004, pp. 633-4). Researchers are now increasingly interested in their role in politics (KERBEL&BLOOM, 2005; TRAMELL et AL., 2006; WILLIAMS et AL., 2005). WALL (2006) believes they challenge elite information control (e.g. iraqi bloggers), taking distance with traditional sources, and trying to assert their own opinions. All of this, raises uncomfortable questions about who a journalist is, can or must be…

Most journalists “consider themselves as professionals in the important sense that they feel loyalty to the ideals of a profession and a particular assortment of shared norms” (cf. PATTERSON & WILKINS, 2005). And, more importantly, they consider these professional norms as “public service obligations”. It is also considered that a necessary condition for the implementation of these norms is autonomy, independance, which is now part of the ethical code of the Society of Professional Journalists (2006).

The “Public Journalism” movement, of the 1990’, was an attempt to increase journalistic autonomy (in a non-networked society). The idea was to defend public interest through the means of a professional figure (HAAS, 2005, McDEVITT, 2003). Journalistic routines, structures and decisions were traditionally shaped, not only by reporters themselves, but also by editors. “The hierarchical news work environment includes not only reporters but also editors, whose job involves ensuring that the information reaching the public is ethically sound” (p. 81). The editor is the gatekeeper – the one who decides what is newsorthy and what is not – and the journalist has very little to say about that… And that gives an explanation to some journalistic failures at fulfilling the information needs of democratic societies (GANS, 2003; JANOWITZ, 1975; KOVACH & ROSENSTIEL, 2001). A little bit further, Singer declares “The journalist puts great stock in the ability to pursue truth independent of external control over how that pursuit should be undertaken, but the journalist also cedes individual autonomy over the process to normative oversight by both an employer and the profession at large” (p. 86).

Singer discusses « commitment to truth » and « commitment to transparency » in details…

Journalists Bloggers
Commitment to truth -Consensus around the idea that “truth” and objectivity” should be central journalistic values.  – Accuracy, concrete truth (MERRILL, 1996), factchecking, honesty, social responsibility etc.- the journalist’s truth is created hierarchically.- Inside the newsroom, truth is a “prerequisite to discourse

-Gatekeeping (verifying > dessiminating) (KOVACH & ROSENSTIEL, 2001)

– “Bloggers also are commited to truth- but they have quite different ideas of how best to attain it and what to do with it. They do not see truth as resting on the decisions of one autonomous  individual or group of individuals within a news organisation or anywhere else. Instead, bloggers see truth as emerging from shared, collective knowledge- form an electronically enabled marketplace of ideas (SINGER, 2005)”-Knowledge and truth evolve trough connections, rather than being contained within one particular medium (cf. MATHESON, 2004, p. 460). The blogger’s truth is created collectively.- inside the blogosphere, truth is supposed to be the “result of discourse

-No gatekeping (dessiminating > put into question)

Commitment to transparency -What truth is to journalists, transparency is to bloggers… Journalists also value tranparency, but they define it in a quite different way… stressing the importance of being responsible and honest : “being honnest about the nature of what is known and how that knowledge has been generated” (KOVACH & ROSENTIEL, 2001).-Transparency is closely connected with social “responsibility” (CHRISTIANS & NORDENSTRENG, 2004) and “accountability (for)”. It consists in “clarifying and explaining coverage; inviting dialogue with the public about journalistic conduct; encouraging the public to voice grievances about the news media; and admitting and promtly correcting mistakes” (p. 87, cf. SPJ, 1996)-Internal vigilance is a sufficent condition to transparency -Blogger’s goldern rule (LASCICA, 2005)-Linking sources, and allowing the reader to put them into question. (BLOOD, 2002)- Disclosure/Accountability : “How you got your information and what factors influenced your decision to publish it” (Online Journalism Review, 2005)

-These “tranparency” goals can only be achieved by an unfettered press, which requires watchdogs on watchdogs

-Trust & credibility must be earned by both journalists (+  institutional trust) and bloggers (+ personal trust)

Normative constructs : Truth and transparency

The god-terms of journalism (facts, truth and reality) are called into questions by contemporary notions of relativity, subjectivity and construction. Post-modernists recently suggested that the idea that the concept of truth is devoid of meaning appart from a « highly subjective contextual understanding » (cf. PATTERSON & WILKINS, 2005). Singer evokes other definitions such as « version of the world that subsequent information cannot discredit [MS1] ». (BLACK et AL., 1999). “Trust in the basic truthfulness of the communication we receive from others is central to choices and actions needed to maintain social order; a society whose members were unable to distinguish truthful messages from deceptive ones would collapse” (cf. BOK, 1989). Inside online communication, it becomes “difficult to assess the truthfulness of what someone says about reliable reference points” (cf. TOMPKINS, 2003). Computer-mediated environment reconfigures prevailing ethical systems based on truth and identity (cf. Will to deception for GUNKEL & HAWHEE, 2003)…


[1]She does not mention POPPER’s view, though it is the dominant view in the scientific sector today… There is no such thing as apodictic truth, we call « true »… all the well corroborated hypotheses that include the conditions of their own falsification.

résumé d’article

_____

Le Cam, F., « Etats-Unis : les blogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique » in Réseaux 2006-4 (n°138)

Les ‘weblogs’ d’actualité (current events blogs) sont devenus des acteurs incontournables dans le paysage médiatique. En 2005, ces nouveaux supports – qui se chargent généralement de la diffusion, du commentaire et de la mise en contexte de points d’actualité – finissent par se multiplier et rassembler des audiences de plus en plus importantes. Si bien que les acteurs de la profession de journaliste, se retrouvèrent à évoluer dans un contexte de concurrence de plus en plus flou, un contexte aux frontières de plus en plus malléables[1]. Véritables défis posés à l’identité journalistique, ils transforment aujourd’hui – selon Le Cam – la façon dont les journalistes perçoivent et définissent leur propre métier.

Rappel des évènements : Eté 2004, la convention nationale des démocrates (aux E.-U.) autorise des bloggeurs à demander une accréditation journalistique, qui sera ensuite accordée à certains (C’est l’époque où Howard Dean commence à utiliser le web comme outil de fundraising)…  En mars de l’année suivante, Garrett M. Graff devient le premier bloggeur à obtenir un laissez-passer de la Maison Blanche. En mai de la même année, une Cour de Justice américaine accorde, pour le toute première fois, le droit à un animateur de site web de taire ses sources (Constition Art. 1 section 2)[2].

Ainsi, des bloggers commencèrent à prendre conscience de la possibilité qu’ils ont d’obtenir pratiquement la même reconnaissance légale que celle dont bénéficient les journalistes. Toujours en 2005, un scandale pour faux impliquant Dan Rather – journaliste de CBS – est révélé par un bloggeur conservateur. Ce scandale conforte certains spécialites des médias citoyens (ex : Dan Gillmor) dans l’idée que les weblogs peuvent se poser en nouveaux contre-pouvoirs. D’aucuns se mettent à imaginer, qu’à l’intérieur de la sphère médiatique, il peuvent endosser le rôle de « vérificateur de l’information diffusée » et développer en ce sens une forme de journalisme participatif, ou de journalisme open source, qui encourage l’échange d’informations. Cette dimension d’échange est capital : c’est en effet la relation entre animateurs et lecteurs, et l’aspect conversationnel de la production d’information, qui fait le succès des weblogs.

Le Cam fait un parallèle entre les contraintes auxquelles sont soumis les bloggeurs et celles qui ont tranditionnellement cours au sein de la profession de journaliste : tout comme les journalistes, les bloggeurs doivent aussi des interactions avec le public, les sources, les pairs, les institutions publiques etc. ; mais à la différence de la plupart des journalistes, les bloggeurs – qui évoluent généralement hors des entreprises médiatiques – tendent à questionner et à mettre au défi l’identité du groupe…

Un contexte identitaire spécifique : Le Cam fait ici la point sur (1) la façon dont les américains en sont venu à associer « journalisme » et « faits établits », et sur (2) la professionnalisation de la profession aux E.-U. Elle affirme, notamment, que la professionnalisation du journalisme est une sorte de « manœuvre des propriétaires de journaux pour les isoler des crises commerciales, des conflits de classe et du désenchantement du public pour la presse », voire même pour permettre de contrôler leurs employés-journalistes. Elle explique que les entreprises sont venu intervenir dans le processus de construction, de formation, du groupe (et de son éthique, liée à l’objectivité) ; et illustre cela par l’exemple du Corporate Personhood, une protection liée au premier amendement qui place la responsabilité sociale du média entre les mains de son propriétaires. Sur base de HOYER et HAUK, elle défend l’idée que ce sont les entreprises médiatiques – plutôt que les associations de journalistes et instances de représentation des journalistes- qui sont devenu les décisionnaires centraux, et parfois même les « définisseurs » de l’identité du groupe.

En crise d’identité ? : les J-blogs (professional journalists’ weblogs) ont permis (1) une remise en question des standards journalistiques communément acceptés, en brouillant les rapports de dépendance, en changeant les stratégies de vérification, en repensant la définition de ce qui est newsworthy etc. Ils ont également (2) permis à des journalistes de s’exercer au creative writing, le tout en rapportant de l’information vérifiée (puisque le j-bloggeur est à la fois « sujet » et « source »), le tout dans le rapport de concurrence qui les oppose aux autres current events blogs. Bref, le blogging change la profession, en dépossèdant les entreprises média d’une partie de leur pouvoir structurant sur le groupe…

Pour conclure, Le Cam formule 4 hypothèses :  (1) il y a une remise en question du statut de journaliste (et de territoire du groupe) ; (2) il y a une transformation de la socialisation traditionnelle du groupe et de son attachement à l’objectivité ; (3) il y a un renforcement de l’attachement des journalistes à la responsabilité sociale des médias et à la liberté de la presse et d’expression ; (4) le phénomène qu’on observe est, enfin, le prolongement de la démarche du public journalism.

Statut et territoire : on voit ici que le statut et les préorogatives obtenus par les animateurs de blogs ne leur viennent pas des entreprises médias, mais des instances politiques et judicaires. C’est, par exemple, l’attitude des chargés de communication politique à l’égard de ces nouveaux acteurs de l’information, qui a  conduit à un élargissement du « territoire du groupe des journalistes » : ils ont conféré un véritable statut à des nouveaux venus que les journalistes professionnels ont par la suite été contraints et forcés de reconnaître comme « quasi-pairs ». Elément important : il ne s’agit pas pour les blogs de prétendre remplacer les médias traditionnels, mais plutôt de se poser en complément, en miroir, voir en cerbère de l’information.

Journalisme public et journalisme citoyen : Le phénomène a connu quelques antécédents. Au début des années 80, le « journalisme public » entendait sonder son audience en s’efforçant de la rendre plus active : Il s’agissait de permettre aux citoyens de débattre de questions publiques (forums, panels, groupes de discussion, observation participante). Les current events blogs poursuivent aujourd’hui se mouvement, et l’accentuent. « Dans le citizen journalism ou participatory journalism, ce sont les citoyens qui jouent un rôle actif dans la collecte, la production, et la diffusion d’information, des expertises habituellement revendiquées par les journalistes traditionnels » (p. 28).


[1] D. RUELLAN, Le professionnalisme du flou, 1993 ; ALDRIDGE& EVETT (2003), « rethinking the concept of professionalism », in British Journal of Sociology, vol. 54, n°4, décembre p. 547-564 ; S. WINCH (1997), Mapping the cultural space of journalism : how journalists distinguish news from entertainment, Westport, Conn., Praeger

[2] Le juge a conclu que le site en question, pouvait être considéré comme un e-zine, et que puisque les personnes qui en étaient responsables –filtraient, sélectionnaient et préparaient l’information sur des sujets d’actualité à destination d’un public de masse- elles pouvaient bénéficier du droit de taire leurs sources (au même titre que les journalistes professionnels). Face aux objections d’Apple (partie demanderesse), la cour se dit non-apte à juger ce qui distingue l’actualité légitime de l’actualité non-légitime…

Dans le chapitre sur la « liberté de la presse », du premier tome de la Démocratie en Amérique (1835), Tocqueville conseille aux autorités françaises de son époque de renoncer à exercer la censure, non à cause de l’immoralité de cette entrave à la liberté individuelle, mais à cause de son manque d’efficacité… En démocratie – précise Tocqueville – les publications sont si nombreuses, que la censure s’exerce d’elle-même : les voix dissonantes se perdent naturellement dans l’opinion dominante, si bien que la prétendue « licence de la presse » favorise davantage le status quo et le pouvoir en place, que la révolte et le changement. Quelques lignes plus loin, Tocqueville s’essaie à décrire les réseaux de presse américains (qui contrairement aux réseaux français, sont protégés part la Constitution)…

« Peu d’abonnés suffisent pour que le journal puisse couvrir ses frais : aussi le nombre d’écrits périodiques ou semi-periodiques aux E.-U. dépasse-t-il toute croyance (…). Il n’y a presque pas de bourgade qui n’ait son journal (…) les lumières comme la puissance sont disséminées  dans toutes les parties de cette vaste contrée ; les rayons de l’intelligence humaine, au lieu de partir d’un centre commun, s’y croisent donc en tous sens, les Américains n’ont nulle part la direction générale de la pensée, non plus celle des affaires ». (TOCQUEVILLE, La démocratie en Amérique I, p. 237)

Et Tocqueville n’était pas le seul à parler des réseaux de presse libre comme certains parleraient aujourd’hui d’Internet: un pouvoir réticulaire, omniprésent, aux mains et au service de la population. Pour montrer la ressemblance entre le  5th estate et les réseaux de presse du XIXème siècle, W. H. Dutton (Uni. Oxford) reprend un témoignage du romancier britannique William Makepeace Thackeray…

There she is – the great engine – she never sleeps. She has her ambassadors in every quarter of the world – her courtiers upon every road. Her officers march along with armies, and her envoys walk into statesmen’s cabinets. They are ubiquitous”. William MAKEPEACE THACKERAY [1848-1850], The History of Pendennis, Chapters 19, 30.

1-01 Through the Network (of Networks)

C’est daté, mais c’est pas inintéressant…

Frank REBILLARD, “Du traitement de l’information à son retraitement. La publication de l’information journalistique sur Internet” in Réseaux, 2006/3, n°137

Pionniers de l’information journalistique en ligne : (1) Chicago Tribune (1992) édition en ligne réservée aux abonnés des “services propriétaires” d’AOL. (2) San Jose Mercury News (1993) : permier journal à diffuser ses informations sur internet. L’auteur fait l’hypothèse d’une création d’information spécifique à Internet. Il prétend appliquer son analyse au (terrain “encore peu balisé du) (1) journalisme en ligne et (2) aux technologies de l’information et de la communication.

  1. Méthodologie d’observation : couverture de toutes les catégories d’info journalistique et prise en compte exhaustive de ses modalités de diffusion… La définition d’ “info journalistique” est mouvante (cf. actualité/objectivité et industrialisation/démocratisation). Rebillard distingue 4 modalités idéal-typiques de diffusion sur internet…. (1) reproduction du modèle classique (2) publication autoritative (blog) (3) publication distribuée (circulation décentralisée > p2p), (4) niveau méta-éditorial (offre condensée de contenus et de liens > portail).
  2. Typologie (de la publication d’informations journalistiques sur internet): application de modèles socio-historiques aux 4 modalités. Rebillard prétend ici “ne pas se limiter aux contenus les plus ancrés dans l’héritage du journalisme moderne, mais de cerner également ses expressions les plus récentes (…)”.
Types de publication (2004-2005) Appellation internet Exemples Orientation dom. du contenu Modalité de diffusion
1. versions web Médias existants Presse en ligne Le Monde, TF1… Info généraliste Modèle classique
Agences de press Agences de presse en ligne Reuters, AFP (insertion en XML dans les interfaces des grands portails) Info généraliste/spécialisée Modèle classique
2. Publications exclusivement web Collectives Webzines Salon, JDN, Uzine Opinion/Spécialisée Publication autoritative/modèle classique
individuelles Blogs Les chroniques du menteur (HS depuis 2006) Opinion/spécialisée Niveau méta-éditorial
3. Composantes info de plateformes multi-services Portails Yahoo! Généraliste Niveau méta-éditorial
4. Recoupements automatisés d’informations d’actualité Agrégateurs GoogleNews, Rezo.net, Net2One G/O/S
5. Services documentaires d’archives journalistiques Bases d’archives LexisNexis, Pressedd, europresse G/S

Conclusion : à l’époque où l’enquête de Rébillard a été menée (2004-2005), la publication d’informations excusives sur internet est maginale par rapport à la reproduction sur le web, d’informations élaborées initialement pour d’autres supports. A cette époque, les blogs n’en sont qu’à leurs débuts, et il existe encore fort peu d’expériences de journaux en ligne. En 2004-2005, on a http://uzine.net/ ou http://www.journaldunet.com/, un ou deux ans plus tard c’est le début d’Agoravox[2006], de Bakchich [2006], de Rue89 [2007], de MediaPart[2008], de LePost.fr [2007].

Le phénomène web marquant de l’époque 2004-2005, c’est la montée en puissance de portails, agrégateurs et autres méta-éditeurs, qui – précise Rébillard – ont tout intérêt à intégrer et à retraiter les poches de création du monde de l’auto-publication, c-à-d du blogging (on s’aperçoit aujourd’hui, que c’est aussi la stratégie qui a été suivie par certain journaux traditionnels comme Libération). Rébillard fait, enfin, état des difficultés qu’il a rencontré au niveau de du recueil de son matériau empirique (difficile de distinguer la presse commerciale du “fanzinat” etc.). “Le chercheur qui se penche sur le phénomène des webzines ou des blogs et y trouve des parentés avec la presse altertnative, se trouvera dépourvu de repères pour analyser la situation présente sur Internet (…)”. Il met en garde contre le risque de “céder à la tentation de la fausse nouveauté déduite du progrès technique”, et souligne l’importance qu’il y a à prendre du recul au niveau de l’analyse de ces évolutions sociales …

Le 9 septembre 2009, j’ai eu l’opportunité d’interroger Michaël Albert (un de fondateurs de ZNet), je lui ai posé quelques questions sur ses activités de journaliste d’opinion (dans les années 90) et sur la façon dont il a vécu l’arrivée d’internet, il y une quinzaine d’année…


MS : When did you first use the Internet as a publication tool?

MA : I don’t know the date – but it was well before the world wide web was born – we did our own internet service, even providing email – sort of a tiny AOL in the says when that was all there was – dial up connectivity by a provider.

MS : You’ll probably remember this sentence : « Prepare to be swamped by the tide of activist media makers on the ground« . What do you think of it, ten years after it’s been published on the first Indymedia Center?

MA: I think it was an exaggeration and remains so to this day. Of course there are activists using the internet to communicate news, ideas, vision, etc. etc. I do that, and I obviously think it is important and valuable to do that. But I don’t think we should exaggerate. Activists’ proportion of the visibility online is probably not much more than our proportion of visibility in print, before the internet – in total we have more – but then again there is more of everything. So absolutely, yes, we reach more people and more activists probably contribute, too – but the total we reach is still modest, and it is proportionately perhaps only a bit more of the total who see media than before, would be my guess. As far as the materials generated – where the useful and accurate and insightful information is coming from – well, it is overwhelmingly people who can give ample time to their efforts – and this too is not really all that much different than in the past. It means people with independent incomes, or people not needing income, or people working for media operations that can provide some income. Do we at Z, say, have more people who we publish now both onine and in print, then before the internet when we could only publish in print – yes. But is the difference immense – I don’t actually think so. It is important, it is valuable – but ultimately successful consciousness raising depends now, as in the past on face to face communications.

MS : What changed between the time of your early journalistic activities (for Zeta Magazine) in the 80’… and today?

MA : It is an impossible question – obviously lots has changed. Regarding publishing, it is mostly the existence and growth of the internet – which has hurt print greatly, in my view – but expanded other means of communication, with lower barriers to lasting entry – though far from no barriers – to make up the slack, and then some… Regarding the situation in the world more broadly, against lots has changed, of course – but I think the main thing is a growing receptivity to the need for accessible shared long term vision, mid term program, and immediate strategy, on the one hand, and the rise of new exciting and exemplary projects, particularly in Latin American – Bolivia and Venezuela in the lead.

MS : What is ZNet ? Do you consider it as ‘citizen journalism’ ?

MA : I don’t know what citizen journalism means. ZNet is a web site – content is selected from submissions for the main site – posted by participants for a component of the whole – blogs, etc. We discover new excellent writers and analysts regularly – but, that said, older ones with lots of experience do still provide the content that resonates most widely and effectively.

MS : What do you think about the integration of participatory platforms within big media websites (iReport, Twitter, CoverItLive etc.)? Does it make them more transparent and democratic than before?  If not, why?

MA : Not that I can see. Does any of that translate into a change of motives or the distribution of power. I don’t think so. Could the internet be a tool for real participation and referenda and so on. Sure? But it isn’t yet, and won’t become that by virtue of some internal technical inclination – any more so than other forms of communication that were incredible leaps in their day became that by their own technical inclination. Rather – it requires movements of people intent on outcomes, to win those outcomes.

MS : What do you consider as the necessary conditions for the making of good public debates?

MA : On the one hand, of course, participants must have access to relevant information in an accessible form. Second, there must be means for participants to express their views and assess the expressed views of others. Third, there needs to be a process, or tone, that facilitates people actually taking one another seriously – addressing point raised, etc. etc. I don’t see that this has changed due to the internet – though the ease of communications has not yet been used to fulfill these conditions very effectively, in my view – somewhat – sometimes – but not enough enough, often enough.

Le 17 novembre, j’interrogeais Raymond Boudon, sociologue français, chef de file du mouvement de l’individualisme rationnel (Rational Action Theory) et de la « rationalité cognitive contextualisée ». Voici les principaux points qu’il a abordés…

Qu’est-ce qui vous a amené vers le sociologie?

A l’époque, il n’existait pas encore de formation en sociologie : j’ai fait l’agrégation de philosophie, et c’est seulement par la suite de je me suis intéressé à la sociologie. J’ai  suivi une formation aux états-unis auprès de Lazarsfeld et Merton dans les années 60. C’est un pensée qui m’a plu, qui présentait la société sous un angle rationaliste, quantitativiste, ne voyant aucune raison de l’étudier avec d’autres outils que ceux qui l’on utilise déjà dans les autres disciplines …. A la même époque se développait, en France, une pensée floue, vague, que l’on a appelé « structuralisme ». (…) Je pense que cette discipline [la sociologie] doit décrire son objet de la même façon que les autre disciplines scientifiques; cela a été un tort d’en faire une forteresse isolée… Elle doit communiquer avec l’extérieur, avec les autres savoirs.

(…)

Vous faites la distinction entre libéralisme économique et libéralisme politique; est-ce que en vous faites également une entre libéralisme économique et capitalisme?

Non, pas vraiment, ce sont des notions assez vagues. Elles recouvrent à peu près le même sens. Et elles ont été interprétées de mille façons différentes.  Je ressens une proximité intellectuelle avec quelqu’un comme Amartya Sen et, sans doute, John Rawls, dont le principe de différence est toutefois un peu rigide. Finalement ce que Rawls a essayé d’expliquer au travers du principe du voile d’ignorance, n’était rien d’autre que cette vielle idée de “spectateur impartial”, déjà présente chez Smith et Rousseau. Cette idée, que l’on retrouve, dans la « Richesse des Nations » et la « Théorie des sentiments moraux », a malheureusement été délaissée…

Quel regard posez vous sur la crise financière. Dans une de vos dernières publications, vous dites que c’est le clientélisme, ou la bienveillance des pouvoirs publics qui a favorisé la crise?

Tout à fait, depuis l’époque de Carter, les pouvoirs publics ont favorisé le crédit, une baisse des taux d’emprunt pour satisfaire leur public… Les banques en ont bien entendu tiré profit, jusqu’à ce que le système cale… Il est intéressant de voir les raisons qui ont poussé les gens dans cette impasse.

Quels conseils donneriez-vous à des étudiants désireux de commencer des études de sciences humaines ?

C’est une question difficile. Je n’aime pas donner de conseils. Mais je crois qu’il est important de retourner vers les grands auteurs, que sont Weber, Durkheim, Tocqueville; auteurs dont on ne retient malheureusement que des slogans : « le boucher » et « la main invisible » chez Adam Smith, le “fait social” chez Durkeim… Ces grandes oeuvres, incroyablement complexes, ont malheureusement été simplifées à l’extrême. (…) En France, la sociologie s’est isolée, s’est affaiblie. On ne sait pas trop comment définir les sociologues; je sais pas comment c’est en Belgique, mais en France on ne voit pas trop ce qu’ils apportent de plus que les journalistes… Ce que je conseillerais; c’est de se faire son propre corpus, en revenant  aux textes, en revenant aux classiques. Il y a aussi des auteurs actuels, des auteurs contemporains qui font un travail remarquable. En France, il a une génération de chercheurs de 40-50 ans qui font un travail intéressant : ce qui se fait aujourd’hui en “sociologie analytique” mérite par exemple le détour.

Jeudi passé, nous présentions l’état d’avancement de la recherche « ARC/T1: acteurs et structures du journalisme en ligne », à la salle académique de la faculté informatique des FUNDP. Vous trouverez, en pièce jointe, le mp3 de la présentation. C’est encore un work in progress, toute suggestion ou critique est la bienvenue!