juillet 2010


I pretty much enjoyed the presentation by Natalie Fenton (Goldsmiths) and Veronica Barrassi (Regent’s College) on the first day of the IAMCR conference. They talked about the way in which social media can be used to bring about, not just political participation, but also political action and political change.What are the ways in which digital media actually produce social change ?

New Media, Old News (by N. Felton)

Here is how I interpret their message : the discourse around social media must no longer be exclusively focused on negative liberties (« liberties from »). One should go one step further and actually think about the conditions that are required for a citizen to be properly autonomous ; the mere absence of constraints – like the absence of censorship, or the absence of barriers to the means of communication – are an insufficient condition for that.

We live in a world in which great political changes are made possible, and are actually been made. But they are conditioned by a process of individuation (cf. M. Castells) : political voices  come into being trough the participation of the individual to the network society. The collectivities, the insitutions are left aside. Mass self communication leaves the individual disconnected form the public sphere.

Veronica Barrassi put this theoretical thinking in relation with her field work about alternative media platforms in Cuba. A very interesting founding in Veronica’s research is that cuban « participatory » media do not easily remain participatory. At a certain point, « interactivity is something they can no longer afford ». They will, for instance, cut the commentaries on their YouTube videos,  in order to avoid « trivial » things from being exchanged, and to keep a certain control on their discourse…

Publicités

Je viens d’assister au fascinant discours de la journaliste iranienne Shadi Sadr. Shadi une activiste des droits de la femme qui s’est fait arrêter, en 2009, par la police iranienne. Elle a été relâchée après une dizaine de jours de détention. Elle affirme aujourd’hui que les médias sociaux favorisent les politiques répressives du régime iranien. Les autorités iraniennes, ainsi qu’un certain nombre de groupuscules conservateurs, ont en effet recours à des moyens sophistiqués permettant de collecter des informations relatives aux opposants politiques et de diffuser de fausses informations. Ils s’efforcent par exemple d’accéder au courrier électronique des citoyens gênants, de récolter des informations à leur sujet, d’usurper des identités etc.

Shadi Sadr

Bizarrement, en 2009, dans la presse américaine et européenne, on parle alors essentiellement des réseaux sociaux comme d’un moyen de lutte du « mouvement vert« . Mark Pfeifle, ancien conseiller auprès de la Maison Blanche, avait même – pour la petite anecdote – proposé de nobéliser les fondateurs de Twitter, en raison des « bienfaits » que la société californienne avait prodigué au peuple iranien. La réalité – précise Shadi Sadr – c’est que ces outils de networking ont plus été des outils de contrôle, que des outils d’empowerment. Elle n’est pas la première à faire cette observation. Déjà en juin 2009, Ethan Zuckerman (Berkmann Center, Uni. Harvard) – fondateur de Global Voices – annonçait que Twitter «avait été utilisé comme une chaîne de désinformation par des groupes vraisemblablement de mèche avec le gouvernement; ils ont surtout tenté de faire peur à la population pour la dissuader de retourner manifester».

Qu’en est-il enfin du potentiel de Twitter comme source d’information journalistique ? Une ancienne journaliste de The Independant (Megan Knight, Uni. Lancaster) a cherché à répondre à cette question. Pour ce faire, elle a procédé à une analyse d’articles de presse – britanniques et américains – parus pendant la période des élections iraniennes de 2009 . Les 365 articles sélectionnés font mention de 755 sources. Résultats de son étude : 23% des articles mentionnent les réseaux sociaux (social media). Mais, seuls 8% de ces articles renvoient à une réelle citation. Conclusion : Twitter est sans doute un outil de fantastique, mais on a surévalué tant son potentiel politique, ou démocratique, que son potentiel journalistique (en terme d’enquête, d’investigation)… Comment expliquer cette sorte de mirage collectif de l’année passée? Je ne sais pas…

« Le journaliste qui était intermédiaire, qui était sur le terrain pour rapporter ce qui se passait, la révolution iranienne, un avion qui se crashe et autre, ben aujourd’hui il est en concurrence avec Monsieur-tout-le-monde qui, aujourd’hui, est avec son téléphone portable, et envoie directement l’information. Avec la puissance supplémentaire que simplement, le journalistes qui… ils sont en nombre limité, une population  limitée, voilà (…) tandis que M. et Mme tout-le-monde, sont partout. Twitter c’est comme si on avait une rédaction de 25 millions de personnes, partout en même temps, et dès qu’il se passe quelque chose, boum, on l’envoie sur Twitter, c’est relayé automatiquement ; et donc quand je suis ce qui se passe en Iran sur Twitter, je suis dans la même position qu’un journaliste de CNN qui est dans la foule » (Interview avec un ancien journaliste de Trends, Juillet 2009).

http://iamcr.org/congress/braga-2010

___________________

CONTEXT

In France – between 2005 and 2007 – new influential journalistic platforms have appeared : blogs but also (1) « citizen journalism » platforms : platforms based on a model in which the members of the audience, the citizens, play an active role in the newsmaking process (Agoravox, LePost). And more recently, (2) « network journalism » platforms have appeared :  new web-communities of journalists who produce information, independently from the traditional media, and in collaboration with non-journalists. (Rue89).

Today, we will try to analyse how these platforms cover the climate negotitations (in comparision with the online version of traditional newspapers). There are few studies that have been done on this subject (Shanahan & McComas, 2004 ; Dirikx and Gelders, 2010), and no study at all on the participatory aspect of this subject. We will proceed as follows : first, (1) we will identify the issues and actors, that are percieved (by the different media) as “central to the negotiations”. Second, we will try to identify the ways in which (2) the different contributors/journalists act on their audience through their words (Searle, 1979).

MEDIA REPRESENTATION OF ACTORS AND ISSUES

Here are the different articles classified according to the issues they focus on. In traditional papers (LeMonde, LeFigaro), the three most important issues are (1) negotiations (37 and 33 %), (2) education and eco-sensitivity (19 and 24%), and (3) demonstrations. In participatory media – Aoravox and Rue89 – the three most important ones are (1) « negotiations » (25 and 35%), (2) « science » (19% and 24%) (3) « religion and ideology » (14% and 10%).

We see – without any surprise – that the issues that are left behind (or taken as implicit premisses) by traditional platforms, are massively expressed (or put into question) on participatory platforms. These participatory platforms are used for the expression of viewpoints which – otherwise – could not easily be expressed ; and it includes criticism the logics of the negotiations, criticism of Cap & Trade, as well as climate scepticism, and conspiracy theories…

That’s all for the issues. How about the actors ? We see that the mere identification of political actors leads to the establishement of specific frameworks of understanding which favour the expression of particular viewpoints. Example: some articles associate emerging countries (BRIC) to the developed countries, others do not. The drawning of these categories has a tremendous impact on, either the denial, or the recognition of the historical responsibility of the developed countries (77%).

A word must also be said about the identification of scientific actors. The participatory platforms gave a lot of importance to them during the negotiation, but not to any of them. One can observe that a strong tendency for some participatory journalists to relay the scientific voices that are convenient with the ideological views they is willing to defend (Carvalho, 2007). So, the phenomenon described by A. Carvalho – in her articles about the British traditional press in the 1980’ – can easily  be extended to the participatory press. Some journalists [participatory journalists included] “pick individuals at the margins of respected science (…) and magnify their opinions in order to sustain a certain view of the world and a certain social order » (Carvalho, 2006, p. 27). And – as a result of the recent development of the participatory platforms – this individual “truth-building” process is becoming accessible to anyone.

SPEECH ACTS

There are different ways in which a journalist can act on his environnement – his/her audience – by words (Searle, 1979).

(1) Assertives : Assertives are speech acts by which a person commits himself (or herself) more or less strongly to the acceptability of a particular proposition (description). In our content analysis, we categorized these assersives as follows. There are, first, assertives about (1) the existence of global warming, which are extremely rare. Second, those about (2)  the causes of global warming, which are quite frequent in the participatory media. Third, one finds (3) assertives about the  consequences of global warming – in TP as well asi in PP – and finally (4) assertives about the degree of responsibility of the different actors, and how it is possible to define it. This fourth point is the heart of the negotiation. But, as we have seen in our article: the use of the concept of “scientific certainty” and “scientific proof” (about the causes and consequences of GW) is intrumentalized – in the participatory press, as in the americazn press in the past – to avoid this question of “responsibility”. It reinforces the ethics of inaction (Carvalho, Boykoff).

(2) Directives : Directives are speechs act in which the locutor does no longer describe things the way they are, but things way they should (not) be. Journalists are traditionaly reluctant to express directives. But in the case of climate change, the french newspapers did not hesitate to use more of this prescriptive language (ex : common editorials) : in many articles, we can find the idea that it is the « last chance summit », « we have ten days to re-think our modes of consumption and production », « the last opportunity that we have to limit the damage done » . This prescriptive discourse has been heavily criticized or even rejected on participatory plaforms, (which did not hesitates to compare it to ideology, and religion). It is important to remark that these critiques are not necessarily expressed by right-wing conservative climate skeptics. They are also expressed by people who believe in the existence of AGW, but ask questions about the implicit premissies that are at the basis of the climate negotiations : « why do we think that cap and trade is the only way, or the best way, to tackle climate change ?». Is it sufficient to mitigate it ? etc.

(3) Commissives : Commissives are speech acts in which a journalist claims (to the reader) that he or she undertakes to do (or to refrain from doing) something. A commissive expresses a form of promise (« I/We accept that… », “…refuse to… »). A commitment. By their commitements, journalists adopt a particular framework of action that is essential for maintaining the relation with the audience. It is a way to reinforce a relation of trust with the audience.

(4) Expressives : Expressives are speech acts in which the journalist expresses personal feelings such as « regret« , « congratulation« . In traditional media – which are attached to the the principle of neutrality –  the expression of personal feelings is almost inexistent. By contrast, in the participatory press  – agoravox in particular – authors do not have to see journalism as the fruit of a disembodied activity. They allow themselves to say « I », and to formulate expressives such as « I regret », « I think it is a pity » or « it would be sad », « it’s undecent » (Agoravox, Rue89).

(5) Declaratives : Declaratives are speech acts that are pronounced in order to obtain the acceptance of a specific reality among a given audience. They open and close specific frames of interaction (like when a judge announces that « the session is open« , when a croupier says « the chips are down”). The media produce declaratives when they describe the summit as an “historical moment » (LM07), as a “decisive moment in history”,  as the “last chance summit”… They establish a strict framework of understanding, whose access is conditionned by specific norms and beliefs –for example- the belief that Cap&Trade is an appropriate means to tackle climate change. It presents itself to the agents as the main framework of understanding of the action climate change. A sufficient condition for success. Those who think other means would more appropriate to diminish our levels of carbon emissions are put outside of the realm of interaction.

Conclusion

Let me finish with this brief conclusion: The participatory platforms are probably as partial as other media, but they have at least one considerable advantage, they express a wider variety of partial views, which – if the discourse is properly argumented –  can lead the citizens to question the grounds of their jugements, and the conditions in which these jugements are made.

(M. Simonson, O. Rosas, 2010)

Mardi, à la vidéo-conférence de David Nordfors (Uni. Stanford), j’ai découvert un concept dont je n’avais jusqu’ici jamais entendu parler : « innovation journalism« . Je vais tenter, dans ce post, de vous en donner un bref aperçu (critique). Pour Nordfors, l’innovation c’est le procédé par lequel un individu créée et livre de la valeur dans un réseau, un marché ou une communauté (process of creating and delivering new value). Le pouvoir d’innovation des journalistes se trouve aujourd’hui renforcé grâce au déploiement des médias sociaux.

« Information is shifting from doing more of the same to introducing new things » (D. Nordfors, Conférence de l’IAMCR, 20/06/10)

D. Nordfors (Uni. Stanford)

Il estime qu’un système démocratique est fondé sur la concurrence des idées. Jeu de concurrence qui passe – entre autres choses – par des alliances, des compromis, des conflits, et des luttes de reconnaissance (fight for attention). Cette compétition  – poursuit-il – a pour enjeu central le contrôle de « flux d’attention », qui étaient autrefois difficilement identifiables, mais qui sont aujourd’hui rendus visibles, grâce au web. Mais – conclut-il – les journalistes doivent toutefois veiller de ne pas tomber dans le travers qui consisterait, par exemple, à réduire le réel à une série de « success stories », au encore à troquer son indépendance contre de la « visibilité »!

28th Conference of the IAMCR, Braga, 2010

Bon, cela reste très abstrait, donc je vous propose d’illustrer ce propos sur base de l’étude empirique qu’il vient de réaliser sur ce sujet. Dans ce papier, Nordfors décrit la façon dont les journalistes de Palo Alto s’efforcent de combiner la « culture de l’innovation » et les normes journalistiques traditionnelles, et notamment la norme d « indépendance à l’égard des sources« . Les entreprises de la Silicon Valley sont jalouses de leurs propres infos. Pour contrôler la couverture médiatique,  elles refusent de livrer des informations à des journalistes (même réputés) qui ne sont pas intégrés au sein de leur réseau professionnel… A l’inverse, les journalistes qui ont la chance d’y être intégrés renoncent souvent à des informations par crainte de devenir le « faire-valoir » de l’entreprise. C’est là que peuvent intervenir de jeunes journalistes, passés experts dans l’art de tirer de l’information des réseaux. Il trouvent une info à « forte valeur ajoutée », et transmettent ensuite leurs papiers à des grands noms de la profession, dans l’espoir de voir  s’accroître leur renom etc.

Le propos est intéressant, mais érige la compétition en valeur centrale du journalisme, ou en condition de possibilité de toute innovation journalistique. Or, dans de nombreuses rédactions, les logiques de compétition peuvent pousser les journalistes à déforcer leurs « collègues et concurrents ». Je me pose la question suivante : cela ne risque-t-il pas, justement, d’empêcher la « création de valeur » ?

La théorie du libre marché des idées suppose que la compétition des opinions suffit à faire triompher les idées vraies, et à discréditer les idées fausses. Cette théorie – qui a souvent été citée dans la jurisprudence américaine en matière de régulation de la communication – est, aujourd’hui encore, utilisée par bon nombre de journalistes et de chercheurs, pour caractériser la blogosphère…


Les partisans du libre marché des idées attribuent la paternité de leur théorie au poète anglais John Milton (1608-1674). Ce qu’ils retiennent de son oeuvre c’est que la vérité a plus de chances d’être obtenue au sein d’une rencontre libre et ouverte (« a free and open encounter »). Et ils voient, dans cette bribe de citation, extraite de l’Areopagitica (1644), une raison suffisante de faire de Milton le précurseur du libertarisme (Siebert, Peterson & Schram, 1956 :70).

En réalité, Milton défend des idées qui ont peu à voir avec le concept de concurrence marchande. S’il estime que l’abandon de la censure est une condition nécessaire à la liberté humaine, il juge celle-ci insuffisante. Selon lui, l’homme – ignorant les référents qui se cachent derrière les signes du monde physique – est naturellement enclin à la servitude. Car, ces signes ne font pas appel à l’esprit, par le biais de la logique, mais aux émotions, par celui des sens, et le conduisent donc à se laisser porter par les passions, des choses étrangères à son génie propre. Ainsi, si Milton, l’iconoclaste, a plaidé contre la censure, ce n’est pas à parce qu’il jugeait la compétition profitable, mais parce que toute idée fixe, tout image fixe, toute icône, était pour lui dommageable[1]. Il n’a donc jamais défendu l’idée que le simple conflit des discours (argumentés ou non) puisse suffire à distinguer le vrai du faux (Hawkes, 2009).

A la suite de Milton, John Stuart Mill (1806-1873) estime qu’imposer (ou réprimer) l’expression d’une opinion particulière revient à ôter aux individus l’opportunité de renoncer à leurs idées actuelles au profit d’idées meilleures[2]. Car, pour lui, les meilleures croyances et les meilleures actions émanent – non pas de la conformité de l’individu au groupe – mais des facultés critiques de l’individu. C’est seulement libéré de l’interférence d’autrui, que l’homme peut se rendre utile (à soi-même comme autres).

John Stuart Mill (1806-1873)

Les défenseurs du libre marché des idées ont également cru voir en Mill[3] un précurseur de leur théorie. Ils ont ainsi fait l’impasse sur le fait que, pour Mill, la plus grande menace pour la liberté (sociale), n’est pas l’influence qu’un gouvernement étatique exerce sur les échanges sociaux, mais celle que l’opinion publique exerce sur les pensées et les styles de vies individuels (tyrannie de la majorité) [4]. Et, cette influence ne s’exerce pas seulement par le vote – censé traduire les désirs de l’opinion – mais aussi par tous les comportements majoritaires: ce qui inclut, assez logiquement, toute activité de production de masse, de diffusion de masse etc[5]. Mill aurait donc trouvé nos outils de communication aussi illégitimes que la censure gouvernementale.

Raphaël, "l'école d'Athènes" (1510-1511)


[1] Milton n’est pas le seul de ses contemporains à défendre la liberté d’expression. A la même époque, Spinoza (1632-1677) estime que la coercition ne génère pas de croyance sincère : « il n’est pas aussi facile de commander aux esprits qu’aux langues ». L’idée que la foi et la croyance ne peuvent être renforcées par la force[1] sera ensuite développée par Locke (1632-1704), dans sa défense de la séparation entre l’Eglise et l’Etat (Letter Concerning Toleration).

[2] Les hommes n’étant par ailleurs pas plus zélés pour la vérité que pour l’erreur, Mill aurait par ailleurs trouvé illusoire qu’une classe de professionnels (les journalistes) puisse être investie de la mission de « dire la vérité au public ». La régulation de la communication est – à ses yeux – illégitime.

[3] Pour les libertariens une vie bonne est une vie choisie, et un bon choix est un choix libre ; pour Mill – une vie bonne a beau être une vie choisie – le libre choix n’existe pas. L’individu n’est libre que dans la mesure où il est déterminé à faire en sorte ce que ses choix lui soient utiles (liberté vs. autorité/ liberté vs. contrainte).  Ainsi, si nos calculs d’utilité nous apprennent que nos choix sont dommageables, le bon choix consistera à leur appliquer des déterminations supplémentaires. Et l’échange d’opinion ne fait pas exception à la règle : si au terme d’un prétendu « libre » débat public, nous sommes conduits à prendre une décision dommageable, les conditions du débat devront être changées. Il faudra réévaluer la « nature et les limites du pouvoir que la société peut légitimement exercer sur l’individu ».

[4] Pour Tocqueville, la démocratie américaine n’est pas menacée par l’ambition excessive de quelque chef d’Etat. Elle est menacée par une tyrannie d’un genre nouveau, qui – contrairement à beaucoup de celles qui l’ont précédée – s’exerce avec le consentement des individus. Elle procède par l’application de petites règles minutieuses, sur des individus d’égale condition, isolés, dirigés par leur recherche de petits plaisirs.

Demain soir, débute le 28ème colloque de l’IAMCR (International Association for Media and Communication Research), sur le thème « Communication & citoyenneté« . Lundi après-midi, je présenterai avec O. Rosas, un papier intitulé « Communicating in Climate Negotiations : a content analysis of French online news media« .

Le papier est basée sur une analyse de contenu, effectuée à partir des articles parus sur (1) deux journaux en ligne traditionnels, qu’il n’est plus nécessaire de présenter (LeMonde.fr, LeFigaro.fr),  ainsi que sur (2) deux plateformes dites « participatives » (Agoravox, Rue89). La première de ces deux plateformes est fondée sur le modèle du « journalisme citoyen« ; un modèle éditorial où les internautes produisent leur propre contenu journalistique. La seconde se définit à la fois comme un medium ouvert aux citoyens et comme un produit journalistique professionnel : un journalisme « à trois mains » (journalistes, experts, citoyens).

Dans cette ouverture des journalistes aux non-journalistes, aux simples citoyens, il y a quelque qui s’apparente parfois plus à un argument de vente qu’à une réelle technique de production de l’information… Je dois y aller, je vous en dis plus dans quelques jours.


Au début, quand j’expliquais le sujet de ma recherche , j’étais souvent surpris de la réaction de mes interlocuteurs. “Ah bon ?, “C’est possible d’écrire une thèse là-dessus?”. Cette perplexité, je suppose qu’elle vient du fait que la plupart des gens s’imaginent que l’expression en ligne est une chose arbitraire. Il la perçoivent comme le vague résultat d’un ensemble d’égos agglutinés ou une masse incompréhensible et indéfinissable de paroles aléatoires. Dans ce billet, je vais tenter de vous représenter les formes d’expression en ligne autrement… comme un système complexe (cf. René Doursat, David Chavalarias).

Un système complexe c’est (1) un ensemble d’agents ou d’unités élémentaires en interaction les unes avec les autres. Chacune de ses unités produit un (2) comportement, qui, localement, affecte celui des autres entités. A plus large échelle, (3) de nouveaux phénomènes peuvent émerger de ces entités en interaction, et cela sans qu’aucun agent – sans qu’aucune unité élémentaire – n’ait eu une vue de l’ensemble du système, et sans qu’aucun ordre ne se soit donc imposé de l’extérieur. Il y a, en d’autres termes, un phénomène d’émergence spontanée (vs. réflexive) qui se produit.

Notre environnement est rempli de ces systèmes complexes, des systèmes moléculaires aux systèmes économiques en passant par les colonies d’insectes sociaux. Si les entités élémentaires de ces systèmes parviennent à coordonner leurs actions, c’est grâce à des balises, à des traces, qu’elles laissent derrière elles (systèmes stigmergiques).  Si je vous parle de tout ça c’est parce que les systèmes d’information – les rumeurs, les réseaux de presse, Internet, la blogosphère – procèdent de la même logique. Le Web est un système complexe, lequel entretient des liens d’isomorphisme avec les systèmes susmentionnés …

Avec l’étude des systèmes complexes, c’est en fait la distinction naturel-artificiel qui s’estompe. Bien que l’on puisse toujours distinguer, d’un côté, les systèmes affectés d’une intervention humaine, et de l’autre, les systèmes qui ne le sont pas, bien que l’on soit toujours en droit de souligner le caractère artificiel des systèmes sociaux et techno-sociaux – comme les systèmes monétaire, auto-routier ou aérien – on s’aperçoit qu’à certains niveaux d’observation, cette distinction perd de sa pertinence, car on voit des phénomènes émerger spontanément d’agrégats de comportements humains : la circulation aérienne suit par exemple la distribution de la loi de puissance, les échanges au sein de la blogosphère suit le principe de Pareto etc.

Bref, l’étude des systèmes complexes nous place, nous êtres humains, dans une position fort inhabituelle, à partir de laquelle nous sommes forcés d’admettre que des phénomènes spontanés, ou naturels, émergent des actions volontaires (« artificielles ») des acteurs sociaux. Bien qu’il ait été créé par les hommes, le Web – avec son réseau IP et ses réseaux sémantiques – a lui aussi un certain nombre propriétés émergentes, des propriétés qui n’étaient pas prévues par les ingénieurs qui ont conçu le système : on voit des phénomènes de regroupements sociaux, d’encombrement, de rupture du réseau, de synchronisation et des effets d’entraînement (c’est-à-dire des phénomènes où, par effet de feedback, de plus en plus individus s’intéressent à un sujet en raison de l’intérêt qu’il suscite auprès des autres agents).

___

Quelques liens utiles:

http://www.franceculture.com/emission-place-de-la-toile-le-web-et-la-complexit%C3%A9-23-ce-qu-internet-change-%C3%A0-notre-fa%C3%A7on-de-penser-

http://doursat.free.fr/

http://cssociety.org/tiki-index.php

http://complexityblog.com/

Page suivante »