Au début, quand j’expliquais le sujet de ma recherche , j’étais souvent surpris de la réaction de mes interlocuteurs. “Ah bon ?, “C’est possible d’écrire une thèse là-dessus?”. Cette perplexité, je suppose qu’elle vient du fait que la plupart des gens s’imaginent que l’expression en ligne est une chose arbitraire. Il la perçoivent comme le vague résultat d’un ensemble d’égos agglutinés ou une masse incompréhensible et indéfinissable de paroles aléatoires. Dans ce billet, je vais tenter de vous représenter les formes d’expression en ligne autrement… comme un système complexe (cf. René Doursat, David Chavalarias).

Un système complexe c’est (1) un ensemble d’agents ou d’unités élémentaires en interaction les unes avec les autres. Chacune de ses unités produit un (2) comportement, qui, localement, affecte celui des autres entités. A plus large échelle, (3) de nouveaux phénomènes peuvent émerger de ces entités en interaction, et cela sans qu’aucun agent – sans qu’aucune unité élémentaire – n’ait eu une vue de l’ensemble du système, et sans qu’aucun ordre ne se soit donc imposé de l’extérieur. Il y a, en d’autres termes, un phénomène d’émergence spontanée (vs. réflexive) qui se produit.

Notre environnement est rempli de ces systèmes complexes, des systèmes moléculaires aux systèmes économiques en passant par les colonies d’insectes sociaux. Si les entités élémentaires de ces systèmes parviennent à coordonner leurs actions, c’est grâce à des balises, à des traces, qu’elles laissent derrière elles (systèmes stigmergiques).  Si je vous parle de tout ça c’est parce que les systèmes d’information – les rumeurs, les réseaux de presse, Internet, la blogosphère – procèdent de la même logique. Le Web est un système complexe, lequel entretient des liens d’isomorphisme avec les systèmes susmentionnés …

Avec l’étude des systèmes complexes, c’est en fait la distinction naturel-artificiel qui s’estompe. Bien que l’on puisse toujours distinguer, d’un côté, les systèmes affectés d’une intervention humaine, et de l’autre, les systèmes qui ne le sont pas, bien que l’on soit toujours en droit de souligner le caractère artificiel des systèmes sociaux et techno-sociaux – comme les systèmes monétaire, auto-routier ou aérien – on s’aperçoit qu’à certains niveaux d’observation, cette distinction perd de sa pertinence, car on voit des phénomènes émerger spontanément d’agrégats de comportements humains : la circulation aérienne suit par exemple la distribution de la loi de puissance, les échanges au sein de la blogosphère suit le principe de Pareto etc.

Bref, l’étude des systèmes complexes nous place, nous êtres humains, dans une position fort inhabituelle, à partir de laquelle nous sommes forcés d’admettre que des phénomènes spontanés, ou naturels, émergent des actions volontaires (« artificielles ») des acteurs sociaux. Bien qu’il ait été créé par les hommes, le Web – avec son réseau IP et ses réseaux sémantiques – a lui aussi un certain nombre propriétés émergentes, des propriétés qui n’étaient pas prévues par les ingénieurs qui ont conçu le système : on voit des phénomènes de regroupements sociaux, d’encombrement, de rupture du réseau, de synchronisation et des effets d’entraînement (c’est-à-dire des phénomènes où, par effet de feedback, de plus en plus individus s’intéressent à un sujet en raison de l’intérêt qu’il suscite auprès des autres agents).

___

Quelques liens utiles:

http://www.franceculture.com/emission-place-de-la-toile-le-web-et-la-complexit%C3%A9-23-ce-qu-internet-change-%C3%A0-notre-fa%C3%A7on-de-penser-

http://doursat.free.fr/

http://cssociety.org/tiki-index.php

http://complexityblog.com/

Publicités